samedi 16 juillet 2011

L’Europe et le renard (119e épisode)


16 juillet 2011

Un. On croit rêver. Toute la semaine, les investisseurs institutionnels ont couvert leurs positions européennes ou les ont allégées, parce qu'une catastrophe du type de la faillite de Lehman Brothers ou d'AIG est perçue comme possible, tandis que l’eurogroupe n'arrive pas à se coordonner pour boucler un 2eme plan d’aide à la Grèce. Pourtant, les tests de résistance de l’Autorité Bancaire Européenne publiés vendredi 15 juillet nous expliquent qu’il ne manque que 2,5 milliards d’euros répartis entre huit banques européennes pour leur permettre de faire face si la situation économique empirait.

Dans d’autres circonstances, j’aurais pris le temps d’analyser ces résultats en détail, mais dans le contexte de juillet 2011, cela m’apparaît comme une perte de temps. Il y a un an, les premiers tests de résistance sur les banques européennes étaient rendus publics ; et déjà le caractère laxiste des hypothèses retenues ne les rendait pas très crédibles[1]. A la différence des vérifications américaines[2], pratiquées au printemps 2009 et suivies d’opérations de recapitalisation obligatoires, les Etats de l’UE ont préféré continuer à vivre sur la fiction d'un système bancaire suffisamment capitalisé s’il devait affronter d'autres chocs. Un an plus tard, la zone euro est au bord de l’implosion, mais les banques européennes vont bien, merci.

D’ailleurs, les établissements qui ont réussi leur bac de justesse seront placés sur une liste de surveillance particulière dans le cas où leur situation continuerait à se détériorer et ils auront jusqu'à fin 2012 pour se recapitaliser, par leurs propres moyens ou avec l’aide de leur autorité de tutelle. Où les Etats trouveront-ils les fonds pour recapitaliser leurs banques ? Mystère.

Deux. Passent les jours et passent les semaines, pourquoi l'Eurogroupe n'arrive-t-il pas à sortir de l’impasse ? La lourdeur du processus décisionnel y compris de l’enclenchement du fonds européen de stabilité financière peut être attribuée à des facteurs bureaucratiques, mais comme l’ont prouvé l’adoption subite du plan d’austérité de 40 milliards d’€ par le gouvernement Berlusconi en une semaine, et les coupes massives dans le budget grec avant la date buttoir du 30 juin, l’urgence soulève des volontés politiques.

Si on met de côté l’hypothèse d’une médiocrité généralisée, l’incapacité des dirigeants européens à sortir du blocage s’explique par leur rationalité limitée. La rationalité individuelle des dirigeants européens est limitée par les habitudes et les réflexes, les valeurs, la perception du contexte, la conception des objectifs à atteindre. Toute la génération des Pères et des Mères de l’Europe avait connu l’expérience de mort imminente (near-death experience) lors de la Seconde Guerre Mondiale puis les heures chaudes de la Guerre Froide. Même Jacques Delors est né en 1925. Les dirigeants actuels n’arrivent pas à dépasser leur égoïsme parce que leur patriotisme a éclot à l’ombre de la CEE. En particulier, la vision du monde d’Angela Merkel a été forgée par l’expérience de la réunification allemande, de son coût pour la nation allemande et de son caractère inachevé. Aux autres européens, elle déclare et elle le croit : « nous avons déjà beaucoup donné ».

Trois. Le lièvre dit au renard : « Fais-tu réellement beaucoup de profits, et peux-tu dire pourquoi on t’appelle le « profiteur? » — Si tu en doutes, répondit le renard, viens chez moi, je t’offre à dîner, » Le lièvre le suivit. Or à l’intérieur le renard n’avait rien à dîner que le lièvre. Le lièvre lui dit : « J’apprends pour mon malheur, mais enfin j’apprends d’où te vient ton nom : ce n’est pas de tes gains, mais de tes ruses. » (Esope).

Le lièvre enlève la pate du collet et détale.

Pour endiguer la contagion, l’Europe doit sortir de sa mélancolie et reprendre, le fusil à l’épaule, le contrôle de sa politique économique. Le grand compromis pourrait venir d’une constatation de leurs pertes par les banques en échange de l’émission d’euro-obligations pour refinancer les dettes apurées.

Gabrielle Durana

All rights reserved.



[2] L’extase des raboteurs de plancher, dédié aux stress tests américains (8 mai 2009)

1 commentaire:

sincère a dit…

salut
jolie blog .
je suis blogueur moi aussi je souhaite faire connaissance avec toi . pour le moment, tu peux visiter mon blog www.yawlireflexion.blogspot.com.
mon email est fofogool@yahoo.fr
reçois mais sincères salutations